Adélaïde (Haïdi) Hautval

Adélaîde Hautval, scandalisée par l’obligation faite aux juifs de porter l’étoile jaune, en juin 1942, est incarcérée comme « Amie des Juifs ». Au camp de Pithiviers, elle assiste à  l’arrivée, puis à  la déportation des familles du Vel’ d’Hiv’, dont elle tente comme médecin de soulager la peine. Elle est elle-même déportée à  Auschwitz puis Ravensbrück en janvier 1943, dans le convoi dit des « 31 000 », avec plus de deux cents résistantes françaises, dont Danielle Casanova, Charlotte Delbo, Marie-Claude Vaillant-Couturier.

Refusant systématiquement d’aider les médecins nazis du Block 10 dans leurs « expériences », Haïdi (son surnom à  Ravensbrück) organise une multiplicité d’actes de résistance pour protéger et sauver ses co-détenues. 

Après la guerre elle a témoigné des actes criminels des médecins nazis, a été nommée très tôt Juste parmi les Nations, et s’est engagée pour des causes humanitaires.

Les Éditions Ampelos ont publié ses écrits sous le titre: Rester humain!