André Trocmé

André Trocmé, résistant non-violent, Juste parmi les Nations.
André Trocmé, résistant non-violent, Juste parmi les Nations.

André Trocmé est né dans une famille d’industriels protestants du Nord (Saint Quentin) en 1901. Dans ses mémoires, il raconte comment il découvrit le pacifisme grâce à un soldat allemand durant la première guerre mondiale. Grâce au pasteur Kaltenbach, il choisit la carrière pastorale mais l’église réformée ne veut pas lui confier de paroisse à cause de ses convictions pacifistes. Il commence donc sa carrière par un poste de mission populaire à Sin-le-noble, ville minière marquée par la misère et l’alcoolisme.

Dans les années 30 il prend un poste pastoral au Chambon-sur-Lignon et en 1938 il fonde le Collège Cévenol pour offrir une bonne éducation aux enfants du plateau. Sensibilisé aux méfaits du nazisme par ses contacts avec l’église confessante, il organise, avec les autres pasteurs du plateau et les autorités du Chambon, une filière de sauvetage des Juifs en les cachant dans les fermes avoisinante. Grâce à son action, assistée par sa femme Magda, et ses collègues le pasteur Theis et l’instituteur Darcissac, plus de 2000 personnes purent être cachées et sauvées avec l’aides de la population du plateau, des Quakers, de l’Armée du Salut et d’Églises américaines.

Après la guerre, il est nommé secrétaire du MIR (Mouvement International de la Réconciliation) et finira sa carrière pastorale à Genève.

Recensions et Publications similaires

Jacques Martin, objecteur de conscience, Juste et ... « Je vous renvoie ci-joints mes papiers militaires et vous prie de voir là l’effet de ma décision de ne plus répondre aux appels que pourra m’adresser...
Saint-Quentin sous le joug allemand, par Louise Du... Louise Trocmé est la fille de Paul Trocmé, important industriel protestant de Saint Quentin. En 1914, elle est veuve et s'occupe de ses enfants ainsi ...
Verdun, un dyptique par Wilfred Monod "C'est l'enfer infernal" Wilfred Monod a un fils au front à Verdun et n'a pas de nouvelles. Chaque jour, ce pasteur qui a consacré sa vie au pacifism...
Je serai fusillé! par Jules-Philippe Guiton En 1915, en première ligne dans le secteur meurtrier du bois de la Gruerie, un jeune sergent, pasteur missionnaire rentré du Lesotho, sort de sa tranc...
On n’attendait pas la mort si tôt, Lettres d... « [Une] correspondance passionnante et abondante, exceptionnelle même ! » Xavier Boniface dans la Revue d’Histoire de l’Église, 2015 « … véritable é...
Saleté de guerre, correspondance 1915-1916 de Mari... Voici deux intellectuels socialistes de culture protestante, proches de Jaurès, avec leur franc-parler, leurs admirations et détestations, leurs probl...
Me fas cagà! par Louis Bonfils dit Filhou On oublie souvent qu’une grande partie des soldats français durant la grande guerre n’avaient pas le français comme langue maternelle mais s’exprimaie...
Noël 14, Des chrétiens dans la guerre Noël 14 : déjà près de 500 000 jeunes soldats tués en moins de 6 mois d’une guerre qui était annoncée comme courte et victorieuse. L’illusion d’une fi...
La main de l’Éternel serait-elle trop courte ? le... Pourquoi Dieu n’inter-vient-il pas pour empêcher cette guerre ? Cette question, sous diverses formes, tenaille les croyants dès la déclaration de gue...
Jean-Norton Cru, la « Vérité due aux poilus » cont... Ancien poilu, choqué par la « fausse beauté du carnage », un inconnu austère et méthodique vient démolir le beau consensus patriotique  en critiquant ...
L’irréductible pasteur Goll, combattant de l... Descendant d’une famille huguenote de Nîmes, Werner Goll, pasteur de l’Eglise confessante puis fourrier dans la Wehrmacht en Russie et en France, fini...
La victoire de Lorraine, par Adrien Bertrand Jeune socialiste pacifiste provençal « monté » à Paris, Adrien Bertrand est avant-guerre un fougueux journaliste politique et un poète reconnu. Ami de...