Archives pour la catégorie Histoire des Protestants

William & Paul, technologie, entreprenariat et religion, Angleterre, France, États-Unis au XIXè siècle.

par Hélène Trocmé

En Angleterre au début du XIXème siècle, le perfectionnement du métier à tricoter permet à une nouvelle génération d’entrepreneurs de remplacer la fabrication artisanale et familiale de textiles par un « système » industriel.

À travers les parcours parallèles et croisés de William Carter, fils d’artisans-tricoteurs anglais méthodistes et de Paul Trocmé, fils de paysans-tisserands picards calvinistes, cet ouvrage étudie l’émergence de deux industries « de pointe » -les start-up de l’époque- en France et aux États-Unis.

La plongée dans les archives familiales de ces créateurs d’entreprise et l’exploration d’une abondante documentation dans trois pays révèlent le substrat culturel et les conditions technologiques propices à l’entreprenariat. À travers ces deux destins on perçoit de manière concrète comment, grâce à une éthique de travail qui encourage l’innovation et la prise de risques,  la  « supériorité britannique » incontestée du milieu du XIXè siècle  laisse peu à peu la place à de nouveaux foyers industriels en Nouvelle- Angleterre et en Picardie. 

 Hélène Trocmé, descendante de tisserands picards,  a enseigné aux États-Unis, à l’Université Marc Bloch de Strasbourg et au Centre d’Histoire Nord-Américaine de l’Université de Paris I. Elle a contribué à plusieurs ouvrages sur l’histoire des États-Unis, et publié notamment Les Américains et leur Architecture, Paris, Aubier, 1981 et Chicago 1890-1930, Paris, Éditions Autrement, 2001. Aux Éditions Ampelos, elle a présenté et annoté  Saint-Quentin sous le joug allemand, 2016.

André Kaspi, professeur émérite à la Sorbonne et spécialiste de l’histoire des États-Unis, a rédigé la préface.

 Prix public : 20 €/CHF 26

Achetez en ligne -William & Paul-

Le méthodisme, un tison tiré du feu

, par Jérôme Grosclaude

Peu de français connaissent le méthodisme, la confession de George W. Bush et Hillary Clinton. Encore moins savent que le méthodisme a eu son heure de gloire en France et qu’il a été à l’origine d’un fort mouvement de réveil religieux.

Né au Royaume-Uni dans les années 1730, le méthodisme en a rapidement débordé les frontières pour porter aux quatre coins du monde un message évangélique et humanitaire qui jouera un rôle clé dans la fondation de l’Armée du salut en 1865.

Cet ouvrage complet et détaillé présente le méthodisme, ses doctrines, son histoire et ses représentants depuis son origine jusqu’à nos jours en donnant une vision globale de son importance. Il permet de mieux comprendre la théologie de ce mouvement beaucoup plus influent que ses 70 millions de membres dans le monde ne le laisseraient penser.

Le méthodisme, confession résolument tournée vers l’œcuménisme, a beaucoup à apporter à ceux et celles d’entre nous avides de mieux comprendre un monde en pleine mutation.

L’auteur, Jérôme Grosclaude, est docteur de l’université de la Sorbonne-Nouvelle – Paris III et maître de conférences en civilisation britannique à l’université Clermont Auvergne. Ses recherches portent sur l’histoire religieuse du Royaume-Uni depuis le XVIIIe siècle.

Préface par Bernard Cottret, historien spécialiste de la religion dans les pays anglo-saxons et du protestantisme anglais en particulier. Il est notamment l’auteur de Le Christ des Lumières – Jésus de Newton à Voltaire (Le Cerf, 1990), Histoire de la Réforme protestante, XVIe-XVIIIe siècles (Perrin, 2001) et de Thomas More : la face cachée des Tudors (Tallandier, 2012).

Prix : 27€/CHF 31

L’apport économique des Huguenots

par Meinrad Busslinger

busslinger-apport-couv1Le départ de plus de 200 000 huguenots à la Révocation de l’Édit de Nantes  fut un désastre économique bien documenté pour le royaume de France.

En revanche, l’importance de l’apport de ces réfugiés aux pays du Refuge est moins connue.  En plus de 200 pages accessibles à tous les lecteurs intéressés, l’auteur analyse et détaille l’apport économique et culturel des exilés français et décrit leurs entreprises et leurs succès.

Cet ouvrage nous montre à quel point ces réfugiés ont contribué à dynamiser et enrichir les pays où ils se sont installés.

L’auteur, Meinrad Busslinger, homme d’affaires international, Chevalier de l’Ordre du Mérite et diplômé de Harvard est passionné par l’économie et l’histoire du Refuge. Cet ouvrage est le résultat de 5 ans de recherches et de compilation d’informations sur l’impact économique des huguenots pour les pays du Refuge.

Prix recommandé : 19 €

 

Achetez en ligne -L'apport des Huguenots-

Théophraste Renaudot, pionnier du journalisme et de la lutte contre la pauvreté,

par Nicole Vray

Vray Renaudot Couv 1

On connait bien, Théophraste Renaudot, par le prix qui porte son nom décerné chaque année par des journalistes ; en effet c’est Renaudot qui a créé en 1631, avec l’aide de Richelieu, la Gazette, premier journal à parution régulière.  La Gazette cessera de paraître en 1915, mais Renaudot reste en France l’ « inventeur  du journalisme ».

On connait moins, en revanche, le Renaudot inconnu et passionnant que nous fait découvrir Nicole Vray : un médecin huguenot, engagé toute sa vie dans la recherche de remèdes nouveaux à la maladie, l’ignorance, le chômage et la pauvreté.

Moderne dans son approche d’une solution structurelle et multiforme à l’éradication de la misère, Théophraste Renaudot propose et met en œuvre des solutions dans le domaine de l’assistance, de l’éducation, du crédit, de la recherche d’emploi, de la fiscalité et de l’administration publique. Il suggère même à Louis XIII que personne ne puisse obtenir de « charge honorable » (haute fonction)  s’il n’a auparavant fait ses preuves pendant un an au moins dans la lutte contre la pauvreté. Théophraste Renaudot s’affirme ainsi comme le premier en Europe à chercher une solution politique à la pauvreté.

Très moderne dans son approche de l’économique et fermement convaincu que la « charité » n’était pas une solution suffisante, Renaudot conçoit et met en œuvre des organisations de formation professionnelle, d’assistance à la recherche d’emploi, de financement de micro-entreprise, de médecine collective et individuelle et recommande des mesures fiscales pour favoriser la lutte contre la pauvreté. Au risque de l’anachronisme, on pourrait dire que Renaudot avait déjà imaginé et mis en place ce qui est devenu au XXIème siècle : Pôle Emploi, le CNAM, l’AP-HP et la BPI. D’ailleurs le Crédit Municipal (Mont de Piété) qu’il a fondé pour prêter de l’argent aux nécessiteux contre des objets de valeurs pour qu’ils puissent démarrer une activité industrielle ou commerciale existe toujours.

Cette biographie se distingue par l’étude générale et complète du personnage complexe qu’était Théophraste Renaudot : sa personnalité, sa vie de famille, sa conversion au catholicisme comme son anoblissement sous Louis XIII, les jalousies et les nombreux procès que ses découvertes déclenchaient. Basé sur l’important travail réalisé par G. Jubert, archiviste qui a dépouillé les papiers Renaudot de la Bibliothèque Nationale, elle éclaire d’un jour nouveau l’aventure toujours risquée de celui qui aura été le « pionnier du journalisme et de la lutte contre la pauvreté ».

Nicole Vray, Docteur ès-Lettres, membre de l’Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres de Caen,  est une spécialiste du protestantisme de l’ouest et de ses représentants. Elle est l’auteur d’ouvrages d’Histoire moderne et de biographies des grands personnages du XVIème au XXème siècle, dont celle de Théodore Monod qu’elle a bien connu. Les éditions Ampelos ont déjà publié Catherine de Parthenay et François de la Noue.

Prix public 14 €
Achetez en ligne -Théophraste Renaudot-

La frontière religieuse à Cadenet, par Françoise Appy

Appy Cadenet Couv 1Sous le régime de l’Edit de Nantes, les protestants provençaux connurent pratiquement un siècle de paix relative. A partir des documents d’archives, l’auteur suit l’interaction entre les membres des deux confessions et l’évolution de la « frontière religieuse ». On constate qu’avant même les persécutions qui annoncèrent la Révocation, la limite entre protestantisme et catholicisme n’était pas étanche et que familles et individus la traversaient régulièrement.  Cette fluidité de l’identité religieuse prend un nouvel intérêt dans un 21ème siècle qui, comme Malraux l’avait prédit : « sera religieux ou ne sera pas ».

Françoise Appy, spécialiste de l’histoire du protestantisme provençal et des théories de l’éducation étudie dans cet ouvrage la coexistence entre communautés de confessions différentes amenées à vivre ensemble dans un même village.

L’ouvrage étudie particulièrement les conversions des protestants au catholicisme et suit l’intégration de la minorité protestante dans la vie sociale du village. Cette intégration sera violemment arrêtée par l’Édit de Fontainebleau qui, révoquant l’Édit de Nantes, plongera la France et la Provence dans la division et provoquera l’exil de plus de 200 000 huguenots.

Prix recommandé : 15 €
Achetez en ligne -La frontière religieuse à Cadenet-

Catherine de Parthenay, par Nicole Vray

Vray Parthenay Couv1Insoumise et résistante, Catherine de Parthenay le fut toute sa vie : née en 1554 en Bas-Poitou, au Parc Soubise sur les terres de Mouchamps, élevée dans la Réforme et l’humanisme, liée aux Albret et donc cousine d’Henri IV, elle perd son premier mari assassiné durant la Saint-Barthélemy. Elle épouse en secondes noces René Ier de Rohan à Blain, près de Nantes, et fait de ce fief un refuge pour les protestants de la région. De ce mariage naissent cinq enfants dont celui qui sera Henri II de Rohan, gendre de Sully et dernier grand chef militaire protestant jusqu’au début du XVIIème siècle. Catherine de Parthenay assiste au premier siège de La Rochelle de 1572 et écrit une tragédie « Holopherne » tirée du livre biblique de Judith. Elle suit toutes les guerres de religion où meurt René Ier de Rohan. Amie de Catherine de Bourbon sœur d’Henri IV, dont Henri II de Rohan était le fidèle compagnon d’armes, Catherine est sans doute présente à Nantes lors de la signature de l’Edit de Nantes. Enfin elle est encore à La Rochelle lors du second Grand siège  de 1627 où Richelieu la qualifiera de « l’âme de la résistance ». A la fin de ce siège elle est emprisonnée à Niort et n’est libérée qu’après la paix d’Alés de 1629. Elle meurt en 1631,sur ses terres natales à Mouchamps.

Cette femme politique, huguenote intransigeante et passionnée fit l’admiration de toute l’élite européenne et suscita l’attachement des populations bretonnes et poitevines, qu’elle protégea jusqu’à sa mort en 1631. Elle fut également une femme de grande culture qui nous a laissé nombre d’écrits, correspondance, poèmes ou pamphlets, tous riches de sens et empreints de son protestantisme et de sa rigueur.

Prix public : 20 €

Achetez en ligne -Catherine de Parthenay -

Aumônier en Algérie

, par Michel Caumont

En 1957, Michel Caumont,  pasteur à Beauvais reçoit son ordre de mobilisation. Il part en Algérie laissant sa femme et ses 3 enfants. Pendant 6 mois, il tiendra un journal quasi quotidien qu’il nous livre ici 50 ans plus tard, pour l’anniversaire de l’indépendance de l’Algérie.

Lorsqu’il arrive en Algérie, Michel Caumont a, comme tous les français informés, déjà entendu parler du conflit, de la torture pratiquée par l’armée, des attentats contre les civils mais il arrive sans préjugés, sans idées préconçues avec l’envie d’apprendre et de servir.

Petit à petit il découvrira la complexité de la situation algérienne, la réalité de cette guerre qui n’en était pas une officiellement, et les contradictions de la vie militaire. Vivant dans un relatif confort (pour un pasteur), il risque sa vie chaque semaine sur les routes dangereuses de l’Est algérien pour aller visiter les soldats dans des postes reculés et exposés. Avec humanité et éthique, il amène soldats et officiers à se confier et à réfléchir à leur mission et à leurs actions.

Toujours positif, même dans ses démêlés avec la hiérarchie, Michel Caumont apporte un regard frais et une touche de bons sens et souvent d’humour sur une situation difficile qui allait devenir tragique. Son analyse directe, détachée de toute idéologie ou parti-pris autre que celui de l’Evangile donne un éclairage intéressant sur ce conflit encore mal connu.

La préface d’Antoine Nouis, pasteur et directeur du journal Réforme, éclaire d’un jour nouveau le rôle et l’utilité des aumôniers dans un conflit de ce type.

Prix public : 20 €

Achetez en ligne -Église de Neige -

Les Protestants de Lourmarin

, par Bernard Appy

Appy Lourmarin CouvBernard Appy, historien du protestantisme provençal auquel nous devons aussi « De père en fils », l’histoire d’une famille vaudoise du Lubéron, a retrouvé et étudié le fonds des baptistaires de Lourmarin, dont le plus ancien -chose remarquable- remonte à 1563. A travers cette étude, il reconstitue la vie de la communauté protestante de Lourmarin, leurs pasteurs et leurs seigneurs.

 

A la fin du Moyen Age, des vaudois venus des Al­pes viennent repeupler la Provence et redonnent vie à Lourmarin. Ils amènent avec eux l’Évangile, prêchée par leurs barbes (pasteurs). Après avoir rejoint la Réforme, ces vaudois devinrent des huguenots et dressèrent une Eglise à Lourmarin, une des premières en Provence. Leur premier pasteur, Mercurin, correspondait avec Calvin.

Au 17ème s.  Lourmarin comptait un bon millier d’habitants. La plupart des familles étaient protestantes et for­maient la communauté réformée la plus importante de Provence, devant Mérindol. Pourtant, le souvenir de ce passé a été peu à peu oublié. Massacrés en 1545, persécutés sous Louis XIV puis chassés de France à la Révocation, les protestants de Lourmarin (comme ceux de Provence) disparurent presque totalement et leur temple fut détruit.

Cet ouvrage nous retrace la vie et l’histoire d’une communauté croyante à travers plus d’un siècle de relatif calme.

Prix public : 17€
Achetez en ligne -Protestants de Lourmarin -

Henri IV et Daniel Chamier

par Charles Read

daniel-chamier-hiv-couv« Soyez sage ! » voilà ce que recommande Henri IV au pasteur Daniel Chamier lors de leur dernière entrevue. Mais sur ce point comme sur bien d’autres, Chamier n’écoutera pas son ancien ami, et il mourra en soldat sur les remparts de Montauban en 1621.

Pasteur de Montélimar, puis pasteur et professeur à l’Académie protestante de Montauban, Chamier connaissait bien Henri IV pour avoir rédigé avec lui les « clauses secrètes » de l’Edit de Nantes. Mais en 1607, alors que Chamier vient à Paris pour plaider la cause de ses coreligionnaires, la situation a changé ; le roi s’est converti, son confesseur, le père Cotton a un rôle important à la Cour, et les réformés ont perdu leur importance militaire et politique.

Daniel Chamier va nous décrire par le détail son séjour à la Cour, les intrigues de son parti et du parti adverse et surtout l’habileté de son ancien ami, le madré Henri IV.

Cette leçon de diplomatie moderne, pleine d’humour et de réflexions politiques éclaire d’un jour intéressant le caractère d’un des rois les plus attachants de l’histoire de France.

Prix public : 16 €

Le Séminaire de Lausanne par G-E Guiraud

seminaire-de-lausanne-couvQuand Louis XIV révoque l’Édit de Nantes en 1685, les pasteurs français ont le choix entre l’abjuration, l’exil ou la mort. Tous les temples de France (plusieurs centaines) sont détruits en quelques mois et l’organisation de l’Église réformée est décimée. Très vite des assemblées clandestines dirigées par des prédicants remplacent les cultes interdits.

Pour éviter les dérives prophétiques et redonner aux églises réformées des cadres  et des structures, Antoine Court crée en 1729 le Séminaire de Lausanne à l’organisation duquel il contribuera fortement. Ce Séminaire forme les proposants, futurs pasteurs de l’église française. A l’origine, ces proposants sont envoyés clandestinement à Lausanne pour un an par le synode ; puis la durée des études passe à deux ans puis cinq ans après l’édit de tolérance de 1787.

Précurseur de la faculté de Théologie de Montauban qui le remplacera, ce séminaire a joué un rôle primordial dans la survie et le développement du protestantisme en France.

Prix recommandé : 16 €

Achetez en ligne -Séminaire de Lausanne -

Chronique de la vie quaker française,

par H. van Etten

VanEtten Chronique QuakerAprès  les temps troublés de la guerre des Camisards et du prophétisme cévenol, un groupe chrétien pacifiste se manifeste dans la Vaunage protestante, à l’ouest de Nîmes. Ces ‘Couflaïres’ sont la première manifestation connue de ceux  qui sont devenus les premiers Quakers languedociens.

Après la Première Guerre mondiale, un renouveau d’intérêt pour le quakerisme se manifesta à Paris, et peu à peu, de nouveaux membres s’affilièrent à la Société religieuse des Amis (Quakers). Toujours motivée par le pacifisme et l’amitié entre les peuples, l’action des Quakers français, proche du Christianisme social, trouvera son apogée durant la Seconde Guerre mondiale lorsque des quakers français, suisses et américains unirent leurs efforts pour sauver de très nombreux Juifs de l’extermination.

L’ouvrage d’Henry van Etten, mis à jour et préfacé est la référence pour l’histoire des quakers français. A travers les destins de femmes et d’hommes militants pour la paix et le secours au prochain, nous découvrons une famille spirituelle peu connue en France, malgré l’importance que certains de ses membres ont pu avoir.

© Société des Amis/Editions Ampelos 2009

Prix recommandé : 21 €

Achetez en ligne -Chronique Quaker -

La Chambre de l’Edit de Grenoble,

par J. Brun-Durand

Un tribunal pour la Diversité

ChambreEditCouvFinaleL’Edit de Saint Germain en Laye en Août 1570 permettait aux protestants d’avoir une représentation dans les instances juridiques amenées à traiter les procès « entre parties estans de contraire religion ». En 1598, l’édit de Nantes, ordonne l’établissement à Grenoble d’une chambre composée de douze conseillers et deux présidents, moitié de chaque religion. Cet ouvrage relate par le détail la mise en place laborieuse de cette Chambre et la difficulté à réglementer la diversité. Dans une région fortement protestante, le Dauphiné, cette Chambre deviendra vite un objet de jalousies et un instrument politiques pour des chefs de guerre comme Lesdiguières aux allégeances religieuses changeantes. Longtemps présidée par Soffrey Calignon, qui participa à la rédaction de l’Edit de Nantes, la Chambre de l’Edit de Grenoble sera prises en otage par les différents groupes de pression et ne survivra que par une soumission complète aux volontés du pouvoir royal.

Prix conseillé : 18€


Achetez en ligne -La Chambre de l'Edit de Grenoble -

La Réforme à Besançon au XVIème siècle

cadixbesanconcoverRégion frontalière, la Franche Comté était au XVIème siècle de langue française mais dépendante de l’empire germanique de Charles Quint. Proche des villes suisses de Berne, Fribourg et Soleure, Besançon avait une certaine tradition d’autonomie et était la résidence de l’archevêque et le siège de nombreux couvents. Comme partout en Europe, la richesse temporelle du clergé et ses mœurs dissolues furent un terreau propice pour la Réforme naissante. Dès 1520, des prédicateurs  « luthériens »  sont poursuivis, mais c’est Guillaume Farel qui évangélisera durablement la ville et ses environs.

Cet ouvrage dresse un panorama détaillé des progrès de la Réforme à ses débuts à Besançon ; il intéressera le lecteur bisontin, comme celui qui cherche à comprendre la naissance du protestantisme avant même la diffusion des idées et ouvrages de Calvin.

© Editions Ampelos 2009
Prix recommandé : 16 €


Achetez en ligne -La Réforme à Besançon -

L’invention de la tolérance,

par Frank Puaux

Puaux Tolérance Couv1A la fin du XVIIème siècle, les persécutions contre les huguenots puis la Révocation de l’Édit de Nantes durcissent le sort des protestants français. Pourtant, parmi les intellectuels protestants exilés, se développe non pas un esprit de rancœur et de revanche, mais une philosophie de la tolérance religieuse qui prend son origine avec Castellion, sera illustrée avec brillant par Bayle et qui inspirera les Encyclopédistes.

Frank Puaux nous livre les détails des approches diverses, (et des polémiques) qui accompagnent ce développement philosophique. Pour la première fois en Europe, une nouvelle école de pensée d’origine religieuse se libère de l’esprit de chapelle et de revanche pour élaborer un vivre ensemble moderne et poser les bases du respect des convictions autres.

Frank Puaux a été Président de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français et un des fondateurs du Musée du Désert. Il a écrit de nombreux ouvrages sur le protestantisme en particulier sur les Camisards et la période du Désert.

Prix public : 18 €

Achetez en ligne -L'invention de la tolèrance-