Archives pour la catégorie Résistance

Les enfants ne partiront pas, (la résistance protestante à Lyon), par René Nodot

Militant de mouvemeNodot Enfants Couv 1nts de jeunesse protestant et pacifiste à Lyon en 1940, le jeune René Nodot rentre en Résistance clandestine et non violente dès 1941. Activement engagé dans de nombreuses opérations de sauvetage des Juifs pendant la guerre, il recevra en 1974, la médaille des Justes de Yad Vashem. Toute sa vie il militera pour la paix, la défense des droits de l’homme et la cause de l’éducation.

 « Les enfants ne partiront pas ! »  C’est l’engagement de sauver d’une mort certaine les enfants juifs de Lyon, pris par Gilbert Lesage, quaker audacieux, et le R.P. Chaillet figure de la résistance catholique à Lyon. Rapidement, à Lyon et dans la région, de nombreux résistants issus des paroisses catholiques et protestantes vont travailler ensemble pour faire échapper à la Shoah des dizaines d’enfants juifs et leurs parents. René Nodot nous raconte ces événements avec la verve directe du participant qu’il a été ; profitant de sa nationalité suisse et aidé par un réseau actif de pasteurs, prêtres, militants juifs et chrétiens, il fait passer en Suisse de nombreux réfugiés les sauvant ainsi d’une mort certaine.

 Protestant convaincu, René Nodot nous décrit dans cet ouvrage les nombreuses personnalités engagées et les solidarités qui ont permis de tisser d’efficaces réseaux de résistance et d’assistance ; il consacre un chapitre au pasteur Roland de Pury, figure de la résistance spirituelle lyonnaise et un autre au célèbre Commandant Azur qui s’engagea dans la Résistance à 49 ans et mourut au Vercors.

 Thierry Philip, petit fils d’André Philip, grand résistant protestant lyonnais et de Mireille Philip, Juste parmi les Nations, évoque l’importance du travail de mémoire et la vigilance nécessaire devant toute forme de dictature.  Il nous expose le rôle important des réseaux lyonnais dans la Résistance et l’engagement des militants chrétiens contre le nazisme et rappelle la valeur de la solidarité et la pertinence toujours actuelle des idées de la Résistance.

 Prix public : 20  euros

Achetez en ligne -Les enfants ne partiront pas-

Lettres de prison par Olivier Giran

Giran Lettres Olivier Giran est mort à 23 ans, fusillé par les nazis pour actes de résistance.

Fils du pasteur Etienne Giran, Olivier rejoint en 1941 le réseau Agir fondé par Michel Hollard (« l’homme qui a sauvé Londres », et cousin de Théodore Monod). Il devient alors agent de renseignement pour la Résistance et fera entre autres plusieurs missions en Suisse où il accompagnera aussi des réfugiés cherchant à échapper à la police allemande.

C’est lors de la préparation d’une de ces missions qu’il est arrêté parla Gestapo. Entre son arrestation durant l’été 1942 (suite à une dénonciation) et son exécution le 16 avril 1943 dans le champ de tir d’Angers, il écrira plusieurs lettres à ses parents dont certaines ont été conservées. En Décembre 1942 il est transféré de Fresnes à la prison d’Angers où son père est incarcéré au secret.

Ce jeune homme qui se sait condamné exprime malgré tout une profonde confiance dans la nature humaine, un amour filial émouvant et un patriotisme vibrant. Ces lettres exposent sans sensiblerie les convictions religieuses d’Olivier Giran, son attachement à sa famille et aux valeurs et paysages de la France.

Couverture : Exécution de résistants C. Rüthern

Prix public : 14€

Achetez en ligne -Lettres de prison-

Je ne changerai pas

, par Samuel de Pechels

peschelmemoirescouv.jpgLe 26 Août 1685 (soit 2 mois avant la Révocation officielle de l’Édit de Nantes), les dragons de Louis XIV pillent la maison de Samuel de Pechels, bourgeois protestant de Montauban et s’y installent en toute liberté. Quelques jours plus tard, s’y ajoutent des fusiliers « missionnaires » qui chassent Samuel de Pechels, sa femme sur le point d’accoucher et ses 4 jeunes enfants. Séparé de sa famille, enfermé dans la Tour de Constance puis déporté aux Antilles, jamais il n’accepte de renier sa foi et changer de religion. Son seul commentaire sur ces traitements inhumains : « Heureux ceux qui souffrent pour la justice, car le royaume des cieux est à eux».

Des centaines de milliers de huguenots français souffrirent les mêmes persécutions que Samuel de Pechels, mais bien peu en gardèrent une trace écrite. Comme beaucoup d’autres, ce participant involontaire à un événement déterminant de l’histoire et de la mémoire collective des protestants de France survivra et ira enrichir le Refuge de ses compétences et son travail. Samuel de Pechels perdit plusieurs enfants dans ses tribulations, mais sa famille a fait souche en Angleterre.

Ce document exceptionnel écrit par un témoin vivant des exactions commises contre les huguenots est aussi un message d’espoir et une leçon de foi. Dans les souffrances personnelles et familiales les plus intenses causées par l’intolérance bornée, Samuel de Pechels garde confiance en l’Évangile.

Prix recommandé : 14 €


Achetez -Je ne changerai pas - en ligne sur Lulu.com.