Pierre Corteiz

par Jean Fleury

Cévenol, huguenot, camisard, prédicant, la vie mouvementée de Pierre Corteiz commence dès son adolescence lorsqu’il participe près de Vialas à des Assemblées secrètes et commence à y prendre la parole.

Engagé dans les derniers mouvements armés des Camisards, il finira par renoncer à la violence avant de se retirer en 1712 à Lausanne où il se mariera, puis Zurich où il sera consacré pasteur.

Revenant souvent en Cévennes, il y deviendra un des plus actifs pasteurs du Désert. C’est lui qui consacrera Antoine Court en 1718 afin de  rétablir avec lui l’Église protestante dans le Languedoc. Epuisé par 30 ans de Désert, il rentre en Suisse en 1733 et y finira sa vie, entouré de sa famille réfugiée avec lui.

Passionné par l’histoire du protestantisme, Jean Fleury s’est intéressé ici, à la non violence dans l’environnement camisard. Avec Corteiz, il tente de comprendre l’évolution d’un « prophète guerillero » devenu pasteur établi et organisateur.

Éditeur de combats