Augustine Soubeiran

par Nelly Duret

Elle aimait l’indépendance, les roses, les oiseaux des îles, les bateaux et les enfants. De de ses Cévennes natales à l’Australie de ses rêves, Augustine Soubeiran ne cessera de porter haut les valeurs héritées de ses ancêtres huguenots.

Cette femme de la Belle Époque, libre et fière, s’établit en Australie où elle fonda, avec sa compagne, une école moderne de jeunes filles. Mais elle n’oublia jamais la France et ses Cévennes natales et consacra toute son énergie après la Grande Guerre à collecter des fonds pour aider à reconstruire les villes et villages français dévastés par la guerre. 

Il était temps de faire découvrir les réalisations de cette éducatrice hors pair, officière de l’Instruction Publique et titulaire de la Légion d’Honneur, et de sa compagne ; leur souvenir perdure en Australie grâce à l’école qu’elles fondèrent ensemble et qui existe encore, une belle réussite pour deux femmes déterminées.

« L’une de ses réussites les plus remarquables fut l’organisation de la Ligue d’aide franco-australienne pendant la guerre de 1914-1918… elle a créé une des plus grandes organisations patriotiques de la guerre.

Sydney Morning Herald 1er juin 1933

Nelly Duret, historienne de formation, a eu une longue carrière dans l’Éducation Nationale avant de devenir conteuse dans le cadre de ses engagements humanitaires.

Passionnée par l’histoire des Cévennes et des femmes cévenoles, voilà son quatrième livre aux Éditions Ampelos.

Adieu Varsovie!

par Janka Kaempfer Louis

Mars 1968 met une fin brutale à ma vie en Pologne. Je me découvre Juive et indésirable. Je dois quitter un pays que je croyais le mien, des amis chers et un avenir devenu impossible. Cet exil met également fin à ma famille. Ignacy, mon père, qui a perdu presque toute sa famille dans la Shoah, part au Canada ; Irena, ma mère, combattante de l’Organisation Juive de combat durant l’Insurrection de Varsovie, rejoint son nouveau mari en Italie, et moi, je vais faire mes études en Suisse. 

De leur passé agité et douloureux, Irena et Ignacy ne voulaient pas parler.

Ici, ils se confient enfin. Au moins un peu. Parce que personne ne doit disparaître sans laisser de trace.

Née à Varsovie, Janka Kaempfer Louis est journaliste suisse, traductrice, juge Prud’homme. Elle a réalisé de nombreux reportages pour la télévision (Temps présent, Viva, Autrement dit) et a produit pendant plusieurs années une émission en Langue des Signes française. Elle est administratrice au sein d’une association qui s’occupe des réfugiés mineurs à Genève. 

Aujourd’hui, elle partage sa vie entre la Haute-Savoie, Genève et la Drôme.

Génération Rosa Parks,

par Anniel Hatton

50 ans après l’assassinat de Martin Luther King, les femmes qui l’ont aidé à  mener son combat non violent sont enfin mises en valeur. A travers les portraits d’une vingtaine de militantes pour les droits civiques se dessine toute l’organisation d’un mouvement qui a changé les États-Unis. Car avec Rosa Parks, la plus connue et la plus médiatisée, des dizaines de femmes, chacune avec leur rôle bien défini et leur engagement inflexible, ont contribué au succès du mouvement.

Hier comme aujourd’hui, cet ouvrage nous montre l’importance de la résistance féminine non-violente pour le changement social. Au-delà de la haine et la répression, ces héroïnes modernes ont réussi, par leur combat quotidien, à infléchir positivement la politique et la culture des États-Unis.

L’auteure, Anniel Hatton, est passionnée par l’histoire des États-Unis et le rôle des militantes ; pasteure, elle est membre de la Société d’Histoire et de Documentation Baptiste de France et du MIR (Mouvement International de la Réconciliation).

éditeur de combats