Martin Niemöller, prisonnier personnel de Hitler

par Frédéric Rognon

Quand les nazis sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste.

Quand ils ont enfermé les sociaux-démocrates, je n’ai rien dit, je n’étais pas social-démocrate.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus me chercher, il ne restait plus personne pour protester.

Martin Niemöller passa 8 ans en camp de concentration sur ordre de Hitler auquel il s’était opposé à partir de 1934. Ancien officier nationaliste de sous-marin allemand durant la Grande Guerre devenu pasteur par refus de tuer des innocents, il est au début attiré par les thèses du parti nazi mais réalise très vite la perversion du national-socialisme et organise, avec Dietrich Bonhöffer, la dissidence anti-régime et la résistance d’une partie de l’église allemande.

Arrêté en 1937 et enfermé à Sachshausen puis Dachau, il sera libéré par les Américains en avril 1945

Frédéric Rognon, professeur de Philosophie des religions à la Faculté de Théologie Protestante de l’Université de Strasbourg, est l’auteur de plusieurs ouvrages sur Jacques Ellul, sur la non-violence et de biographies de Dietrich Bonhöffer , Martin Luther King, Charles Gide, Maurice Leenhardt et Lanza del Vasto.