Archives pour l'étiquette humanitaire

Eugénie Bost, femme de cœur, de tête et de foi

, présenté par Gabrielle Cadier-Rey

 J’ai pris l’initiative de tout. 

Cette simple remarque d’Eugénie Bost qu’un beau-frère admiratif décrit comme « aussi calme dans ses commandements que Napoléon à Austerlitz », montre une facette de cette femme de tête qui a consacré sa vie à seconder le mari qu’elle aimait et admirait. John Bost, à partir de 1848 et jusqu’à sa mort, a créé à La Force neuf Asiles pour accueillir « au nom du Maître tous ceux qui étaient rejetés », notamment les handicapés physiques et mentaux, mais aussi les jeunes filles abandonnées et les vieilles dames démunies.

Dans le Journal quotidien d’Eugénie, on voit comment elle dirige son grand domaine agricole tout en collaborant au grand œuvre de son mari. Épouse dévouée surchargée de tâches, mère attentive, Eugénie trouve dans sa foi profonde le soutien qui lui permet de mener tout de front.

L’introduction et les abondantes notes de Gabrielle Cadier-Rey, historienne spécialiste de l’histoire des femmes et du protestantisme, facilitent la lecture de ce Journal qui donne un tableau vivant et quelquefois humoristique du monde protestant français des années 1860 – 1880, dans sa diversité et son dynamisme.

La préface est de Laurent Gervereau, Président du Comité scientifique de la « Maison John et Eugénie Bost » à La Force.

Prix public : 29€
Achetez en ligne -Eugénie Bost-

La main de l’Éternel serait-elle trop courte ?

lettres de guerre de 1914 par Hélène et Henri Nick

Nick Lettres 14 couv1Pourquoi Dieu n’inter-vient-il pas pour empêcher cette guerre ?

Cette question, sous diverses formes, tenaille les croyants dès la déclaration de guerre.

Henri et Hélène Nick, chrétiens sociaux pacifistes, aspirent à un monde réconcilié, prémices du Royaume de Dieu. Ils vivent ce temps de guerre comme un échec. S’ils adhèrent à l’ « Union sacrée », la question essentielle demeure : comment témoigner de leur foi en un Dieu d’amour au milieu du cataclysme ?

Henri Nick s’engage comme aumônier dès août 1914 ; il a 46 ans !

Sur le front, il retrouve des jeunes hommes qui, la veille encore, fréquentaient le Foyer du peuple de Fives, œuvre d’évangélisation populaire qu’il a fondée en 1901. Rapidement, il poursuit auprès d’eux son ministère de pasteur et d’aumônier avec le soutien de sa famille réfugiée à Marseille qui, de son côté, assure aussi le lien avec certains réfugiés du Nord.

Ce document exceptionnel par sa richesse, l’est aussi par les personnalités atypiques d’Henri Nick et de son épouse. À une époque encore marquée par un anticléricalisme virulent, il illustre l’action essentielle d’un homme d’église au front et la capacité de réflexion et d’action d’un chrétien engagé face aux catastrophes de ce monde.

Le pasteur Henri Nick (1868-1954) est l’une des grandes figures du Christianisme social protestant. Pendant plus de cinquante années, il fait de l’évangélisation populaire dans le faubourg lillois de Fives. Conscient de l’importance du milieu dans la construction d’individualités libres, il se préoccupe aussi bien de la misère sociale que de la situation morale de celles et ceux qui fréquentent le Foyer du peuple.

Aumônier pendant la Première Guerre Mondiale, il s’illustre en 1916 lors des combats de Verdun puis de la Somme, durant lesquels il est blessé, ainsi qu’au Chemin des Dames en avril 1917.

De sensibilité socialiste, sans être un pacifiste radical, il soutient les revendications des objecteurs de conscience dans les années trente puis assiste des familles juives persécutées durant la Seconde Guerre mondiale. Il sera plus tard reconnu « Juste parmi les Nations ».

498 pages; prix public : 29€
Achetez en ligne -La main de l’Éternel serait elle trop courte-

Théophraste Renaudot, pionnier du journalisme et de la lutte contre la pauvreté,

par Nicole Vray

Vray Renaudot Couv 1

On connait bien, Théophraste Renaudot, par le prix qui porte son nom décerné chaque année par des journalistes ; en effet c’est Renaudot qui a créé en 1631, avec l’aide de Richelieu, la Gazette, premier journal à parution régulière.  La Gazette cessera de paraître en 1915, mais Renaudot reste en France l’ « inventeur  du journalisme ».

On connait moins, en revanche, le Renaudot inconnu et passionnant que nous fait découvrir Nicole Vray : un médecin huguenot, engagé toute sa vie dans la recherche de remèdes nouveaux à la maladie, l’ignorance, le chômage et la pauvreté.

Moderne dans son approche d’une solution structurelle et multiforme à l’éradication de la misère, Théophraste Renaudot propose et met en œuvre des solutions dans le domaine de l’assistance, de l’éducation, du crédit, de la recherche d’emploi, de la fiscalité et de l’administration publique. Il suggère même à Louis XIII que personne ne puisse obtenir de « charge honorable » (haute fonction)  s’il n’a auparavant fait ses preuves pendant un an au moins dans la lutte contre la pauvreté. Théophraste Renaudot s’affirme ainsi comme le premier en Europe à chercher une solution politique à la pauvreté.

Très moderne dans son approche de l’économique et fermement convaincu que la « charité » n’était pas une solution suffisante, Renaudot conçoit et met en œuvre des organisations de formation professionnelle, d’assistance à la recherche d’emploi, de financement de micro-entreprise, de médecine collective et individuelle et recommande des mesures fiscales pour favoriser la lutte contre la pauvreté. Au risque de l’anachronisme, on pourrait dire que Renaudot avait déjà imaginé et mis en place ce qui est devenu au XXIème siècle : Pôle Emploi, le CNAM, l’AP-HP et la BPI. D’ailleurs le Crédit Municipal (Mont de Piété) qu’il a fondé pour prêter de l’argent aux nécessiteux contre des objets de valeurs pour qu’ils puissent démarrer une activité industrielle ou commerciale existe toujours.

Cette biographie se distingue par l’étude générale et complète du personnage complexe qu’était Théophraste Renaudot : sa personnalité, sa vie de famille, sa conversion au catholicisme comme son anoblissement sous Louis XIII, les jalousies et les nombreux procès que ses découvertes déclenchaient. Basé sur l’important travail réalisé par G. Jubert, archiviste qui a dépouillé les papiers Renaudot de la Bibliothèque Nationale, elle éclaire d’un jour nouveau l’aventure toujours risquée de celui qui aura été le « pionnier du journalisme et de la lutte contre la pauvreté ».

Nicole Vray, Docteur ès-Lettres, membre de l’Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres de Caen,  est une spécialiste du protestantisme de l’ouest et de ses représentants. Elle est l’auteur d’ouvrages d’Histoire moderne et de biographies des grands personnages du XVIème au XXème siècle, dont celle de Théodore Monod qu’elle a bien connu. Les éditions Ampelos ont déjà publié Catherine de Parthenay et François de la Noue.

Prix public 14 €
Achetez en ligne -Théophraste Renaudot-

Agir,

par Albert Schweitzer

Agir par A. SchweitzerNé en 1875, dans une Alsace incorporée depuis peu au nouveau Reich allemand, le pasteur et musicien Albert Schweitzer a l’idée singulière, à trente ans, de s’engager comme médecin sur la station missionnaire de Lambaréné, en territoire colonial français. À son amie Hélène Bresslau, qu’il épousera en 1912 et qui partira avec lui, il avait déjà écrit (lettre du 25.09.1903) : « Je crois dans la mesure où j’agis ».

Sur le terrain en 1913, après sept ans de formation (doctorat en médecine) et de combats pour imposer sa candidature à la Société Évangélique des Missions de Paris, l’engagement missionnaire prend avec lui une orientation résolument humanitaire qui s’accentuera et deviendra décisive après guerre, lors du deuxième séjour, entre 1924 et 1927. Schweitzer est l’homme qui a franchi, en situation, le pas qui sépare, sans les opposer, l’ordre missionnaire chrétien et l’ordre humanitaire a priori universel et laïque, sans frontière religieuse.

Le christianisme est pour lui essentiellement une éthique (une obligation) de l’action, dans la perspective de réparer les maux de ce monde et de préparer l’avènement d’un autre, de justice et de fraternité. Le christianisme comme altermondialisme !
L’espérance ? J’espère dans la mesure où j’agis.

Dans ses sermons, comme dans son œuvre philosophique, Schweitzer se montre critique de son temps. Il en pressent le déclin, en discerne les besoins ou les manques. Il confesse sa foi en l’éclairant par la raison et en la soumettant à l’épreuve de l’histoire.

Président de l’AFAAS (Association Française des Amis d’Albert Schweitzer) depuis 2008, philosophe, Jean-Paul Sorg a déjà traduit de l’allemand en français et édité plusieurs ouvrages de Schweitzer. Il a publié 11 numéros des Études Schweitzeriennes et est le rédacteur en chef des Cahiers Albert Schweitzer, qui paraissent trois fois l’an.

Illustration de la couverture : Albert Schweitzer à Lambaréné, photo de W. Eugene Smith © 1954, 2009 The Heirs of W. Eugene Smith.

© Editions Ampelos 2009
Prix recommandé : 22 €


Achetez en ligne -A. Schweitzer Agir -

Souvenir de Solférino,

Henry Dunant

dunantsolferino4Présent, par hasard, sur le champ de bataille de Solférino en 1859, Henry Dunant est horrifié par le carnage dont il est témoin, et par le sort des quarante mille blessés et mourants abandonnés dans la boue sans assistance. Immédiatement, il organise des secours avec l’aide des paysans locaux, sans distinction de nationalité pour l’assistance apportée aux blessés.
A la suite de cette expérience, il formule trois propositions. : la création de sociétés de secours pour apporter de l’aide aux blessés en temps de guerre, le recrutement et la formation d’ infirmiers reconnus par les armées et un «un principe international, conventionnel et sacré» dans un texte officiel signé par les états : la première convention de Genève.

Ce petit livre qui, entre horreur et compassion, a lancé une révolution humanitaire ne pose qu’une question, ne lance qu’un seul défi aux puissances temporelles et aux citoyens : «N’y aurait-il pas moyen, pendant une époque de paix et de tranquillité, de constituer des sociétés de secours dont le but serait de faire donner des soins aux blessés, en temps de guerre, par des volontaires zélés, dévoués et bien qualifiés pour une pareille oeuvre ?»

Depuis 150 ans et avec la création de la Croix Rouge, cette question a fait son chemin avec le succès que l’on sait ; peut-être serait il temps de la poser sur d’autres sujets…Après tout, comme le disait Henry Dunant : « Seuls les fous qui croient pouvoir changer le monde y parviennent ».

Prix recommandé : 12 €

« Restera-t-il seulement un Noë »

par Paul Vinard

couv1noepptexacte.jpgEn 1914, à l’époque où il commence ce journal, Paul Vinard s’est retiré à Crest dans la Drôme, après une vie bien remplie. Alors qu’il n’ambitionne que de cultiver son jardin et participer à la vie de la communauté protestante locale, la guerre éclate. En quelques mois, son quotidien est totalement perturbé par les évènements; sa femme volontaire à l’hôpital, ses neveux au front, et lui qui court les villages de la Drôme pour organiser l’accueil des réfugiés, le synode national, les paquets aux soldats et s’assurer que les paroisses locales ne soient pas abandonnées.

Au jour le jour, Paul Vinard nous livre les évènements vus « de l’arrière », mais aussi toutes les réflexions profondément humaines d’un protestant drômois engagé, attentif au bien de son prochain et désespéré par la boucherie inutile qui lui prend famille et amis.

portraitpaulvinard.jpg

Ce frère, beau frère et oncle de pasteurs nous livre aussi les commentaires d’un esprit caustique et souvent drôle, sur les petites manigances locales, les escarmouches entre communautés, et les puissants de ce monde (lire les commentaires sur Marc Boegner…)

L’humour de l’auteur est particulièrement apparent dans le récit de l’hilarant voyage à Dieulefit en automobile.

Un témoignage inédit sur la vie durant la Grande Guerre et son impact sur la bourgeoisie protestante dans la Drôme.

Prix recommandé : 18€


Achetez -Restera-t-il seulement un Noë - en ligne sur Lulu.com.