Archives pour l'étiquette Refuge

L’apport économique des Huguenots

par Meinrad Busslinger

busslinger-apport-couv1Le départ de plus de 200 000 huguenots à la Révocation de l’Édit de Nantes  fut un désastre économique bien documenté pour le royaume de France.

En revanche, l’importance de l’apport de ces réfugiés aux pays du Refuge est moins connue.  En plus de 200 pages accessibles à tous les lecteurs intéressés, l’auteur analyse et détaille l’apport économique et culturel des exilés français et décrit leurs entreprises et leurs succès.

Cet ouvrage nous montre à quel point ces réfugiés ont contribué à dynamiser et enrichir les pays où ils se sont installés.

L’auteur, Meinrad Busslinger, homme d’affaires international, Chevalier de l’Ordre du Mérite et diplômé de Harvard est passionné par l’économie et l’histoire du Refuge. Cet ouvrage est le résultat de 5 ans de recherches et de compilation d’informations sur l’impact économique des huguenots pour les pays du Refuge.

Prix recommandé : 19 €

 

Achetez en ligne -L'apport des Huguenots-

Moissac 1939-1945, Résistants Justes et Juifs

Moissac Boulet couv 1Sereinement, la ville de Moissac sauva plusieurs centaines d’enfants juifs entre 1940 et 1944. Le silence lia tous les habitants et permit aux jeunes Éclaireurs israélites de France, dirigés par Shatta et Bouli Simon, de vivre en sécurité malgré l’Occupation allemande et les mesures du gouvernement de Vichy.

François Boulet a dépouillé de nombreuses archives publiques et privées et parlé aux principaux acteurs et survivants de cette époque pour nous livrer ici un document fascinant sur la vie à Moissac avant la guerre, l’accueil des réfugiés espagnols, la défaite de juin 1940, la « zone libre », le refuge juif, l’occupation allemande, la Résistance, puis la Libération et l’épuration. Durant ces années, Moissac devient, grâce au soutien des Moissagais, la ville-refuge de plusieurs centaines de jeunes Juifs ou Éclaireurs israélites de France, jamais dénoncés, jamais inquiétés. La riche ville agricole de Moissac devient alors une « cité de Justes » fournissant un refuge spirituel juif étonnant, à l’origine d’une histoire locale passionnante de la France pendant les années terribles de la Seconde Guerre mondiale.

François Boulet, né à Moissac le 10 février 1965, est professeur agrégé, docteur en histoire, président de la Fédération des sociétés historiques et archéologiques des Yvelines. Ses recherches portent sur les protestants français pendant la Seconde Guerre mondiale, l’Europe des Habsbourg et le général de Gaulle. Depuis 1986, ses travaux historiques précisent aussi l’histoire de Moissac.

prix public : 15€
Achetez en ligne -Moissac 1939-1945-

Où sont tes gosses?

par Jean Alexandre

Alexandre Ou sont tes gosses couverture 1Le petit Jean a 5 ans sous l’Occupation. C’est jeune mais assez pour savoir qu’on ne parle pas aux Allemands même s’ils vous adressent la parole dans la rue, qu’il ne faut jamais dire que son copain Bébert est juif car il pourrait mourir et qu’il ne faut pas parler des deux enfants que sa mère a cachés chez eux le jour de juillet 1942 où la voisine a été emmenée au Vel’ d’Hiv.

Mais 5 ans c’est aussi l’âge où l’on joue, on découvre le monde dans ce quartier populaire de Charonne où les nationalités et les confessions se mélangent, l’âge où, encadré par des adultes qui résistent à leur manière, l’enfant se forge des valeurs qui dureront toute sa vie.

C’est aussi l’âge où l’on se fait des amis facilement comme le petit Ivan rencontré en 1943 au temple de Béthanie où le pasteur Barlet fait l’éducation religieuse des enfants le jour et des faux certificats de baptême la nuit.

Le petit Jean deviendra pasteur et nous livre ici ses souvenirs de l’Occupation ; le petit Ivan deviendra journaliste et complète par une préface pleine d’émotion le récit vécu de son ami Jean.

Préface de Ivan Levaï

prix public : 15€
Achetez en ligne -Où sont tes gosses?-

L’irréductible pasteur Goll, combattant de la foi sous la terreur nazie

par Frank Bridel

Bridel Goll Couv 1Descendant d’une famille huguenote de Nîmes, Werner Goll, pasteur de l’Eglise confessante puis fourrier dans la Wehrmacht en Russie et en France, finit par déserter et entrer chez les résistants italiens, les partigiani, en butte aux atrocités de l’armée allemande. Auparavant, dans sa paroisse, il avait opposé une résistance non violente au pouvoir nazi.

Plus de 80 ans après l’accès de Hitler au pouvoir (1933), on connaît mal hors d’Allemagne les résistances intérieures au régime du IIIe Reich, notamment celle des milliers de pasteurs membres de l’Eglise dite confessante, antinazie, illustrée par le martyre de Dietrich Bonhoeffer et de Martin Niemöller.

Frank Bridel, journaliste auteur de nombreux ouvrages historiques et politiques, décrit, sur la base d’une recherche historique menée par le fils de Werner Goll, la lutte quotidienne de cet homme, indompté en dépit des persécutions.

Ce livre raconte comment un pasteur déterminé, soutenu avec courage par ses paroissiens, put tenir tête à l’Eglise hitlérienne malgré la terreur instaurée par un système dictatorial.

Préface de Jean-Pierre Richardot, ancien journaliste au «Monde» et à «France 2», puis collaborateur de Lionel Jospin au Ministère de l’éducation nationale, auteur, notamment, du « Peuple Protestant Français aujourd’hui » (Robert Laffont 1980) et de « Une Autre Suisse, un Bastion contre l’Allemagne nazie » (Paris-Genève 2002).

Prix public : 15€ / CHF 21
Achetez en ligne -L'irréductible pasteur Goll-

Observations sur les Quakers,

Antoine Benezet

Benezet Quakers Couv1Antoine Bénézet est né en 1713 à Saint-Quentin, en France, dans une famille de huguenots originaires du Languedoc. Chassés de France par la Révocation de l’Edit de Nantes, ses parents s’installent aux Pays Bas puis à Londres, et finalement en Pennsylvanie. C’est en Angleterre que Jean-Etienne, le père d’Antoine, découvrit les Quakers et qu’il rejoignit leur groupe, la Société des Amis. A son arrivée en Amérique, la famille s’installe en Pennsylvanie, Etat fondé par les Quakers. Le jeune Antoine, à son tour, rejoint ce groupe et abandonne rapidement sa carrière dans le négoce pour devenir éducateur et professeur dans une école quaker tout en donnant chez lui des cours du soir pour des enfants d’esclaves. En 1754, il quitte cette école pour fonder la première école de filles d’Amérique, et quelques années plus tard il fonde une école pour les Africains-américains, tout en écrivant de nombreux pamphlets contre l’esclavage. En 1775, avec l’aide de nombreux Quakers, Bénézet fonda la première société anti esclavagiste dont Benjamin Franklin devint le président après la mort du fondateur. Fidèle à la philosophie quaker, Bénézet était aussi un pacifiste convaincu et un homme humble et amical.

Son ouvrage sur les Quakers en Amérique fut écrit pour présenter à ses anciens compatriotes français les idées et doctrines de la Société des Amis (Quakers) à l’époque très peu connue en France.

La préface de Jeanne-Henriette Louis, spécialiste des Quakers et du pacifisme entre autres, présente l’ouvrage de Bénézet dans son contexte religieux et historique et l’inscrit dans les courants d’idées de l’époque.

Prix public : 9 €

Achetez en ligne -Observations sur les Quakers-

Calvinistes proscrits à Metz, colons à Berlin

par Jeanne Vincler

Vincler Couv1Quel destin étrange que celui de ces huguenots, persécutés à la Révocation, partis au péril de leur vie de Lorraine pour un voyage dans des contrées éloignées où ils fonderont des colonies prospères et feront souche. De Metz où les dragons du roi Louis XIV les harcèlent à Berlin où ils sont bienvenus et participent rapidement à la vie économique, religieuse et politique, quel contraste ….

L’ouvrage de Jeanne Vincler, fait un point très détaillé sur cette période trouble, les persécutions, la fuite et l’installation au Refuge Berlinois. La masse de documents d’archive consultés a permis de retracer le parcours de nombreuses familles, et l’index qui référencie plus de 400 patronymes cités et étudiés  montre l’étendue des recherches. En près de 400 pages, l’auteur nous fait revivre cette migration massive et l’apport primordial que les protestants lorrains firent au Brandebourg et à la ville de Berlin.

Historienne de la Lorraine et du Protestantisme, Jeanne Vincler propose là l’ouvrage de référence sur l’installation des familles messines à Berlin. Les historiens comme les généalogistes y trouveront un matériel précieux, mais l’amateur intéressé par l’histoire des huguenots sera passionné par cette épopée.

Illustration de couverture : Le grand Électeur reçoit les huguenots français. (C. Wendling)

Prix : 29 €
Achetez en ligne -Calvinistes de Metz -

Le Séminaire de Lausanne par G-E Guiraud

seminaire-de-lausanne-couvQuand Louis XIV révoque l’Édit de Nantes en 1685, les pasteurs français ont le choix entre l’abjuration, l’exil ou la mort. Tous les temples de France (plusieurs centaines) sont détruits en quelques mois et l’organisation de l’Église réformée est décimée. Très vite des assemblées clandestines dirigées par des prédicants remplacent les cultes interdits.

Pour éviter les dérives prophétiques et redonner aux églises réformées des cadres  et des structures, Antoine Court crée en 1729 le Séminaire de Lausanne à l’organisation duquel il contribuera fortement. Ce Séminaire forme les proposants, futurs pasteurs de l’église française. A l’origine, ces proposants sont envoyés clandestinement à Lausanne pour un an par le synode ; puis la durée des études passe à deux ans puis cinq ans après l’édit de tolérance de 1787.

Précurseur de la faculté de Théologie de Montauban qui le remplacera, ce séminaire a joué un rôle primordial dans la survie et le développement du protestantisme en France.

Prix recommandé : 16 €

Achetez en ligne -Séminaire de Lausanne -

L’invention de la tolérance,

par Frank Puaux

Puaux Tolérance Couv1A la fin du XVIIème siècle, les persécutions contre les huguenots puis la Révocation de l’Édit de Nantes durcissent le sort des protestants français. Pourtant, parmi les intellectuels protestants exilés, se développe non pas un esprit de rancœur et de revanche, mais une philosophie de la tolérance religieuse qui prend son origine avec Castellion, sera illustrée avec brillant par Bayle et qui inspirera les Encyclopédistes.

Frank Puaux nous livre les détails des approches diverses, (et des polémiques) qui accompagnent ce développement philosophique. Pour la première fois en Europe, une nouvelle école de pensée d’origine religieuse se libère de l’esprit de chapelle et de revanche pour élaborer un vivre ensemble moderne et poser les bases du respect des convictions autres.

Frank Puaux a été Président de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français et un des fondateurs du Musée du Désert. Il a écrit de nombreux ouvrages sur le protestantisme en particulier sur les Camisards et la période du Désert.

Prix public : 18 €

Achetez en ligne -L'invention de la tolèrance-

Les Réfugiés Huguenots en Suisse, Hollande, Russie et Scandinavie par Ch. Weiss

weiss2refugecouv.jpgDans les quelques années qui précédèrent et qui suivirent la Révocation de l’Edit de Nantes en 1685, l’exode des Protestants de France s’accéléra. Plus de 200 000 huguenots quittèrent la France, abandonnant leurs biens, et souvent une partie de leur famille pour échapper aux persécutions. Cet exode massif priva la France d’une population industrieuse et éduquée et apporta aux pays du Refuge des compétences variées et des personnalités courageuses.

Ce second tome de l’ouvrage de Ch. Weiss (originellement publié en 1853 et qui fait encore autorité), est consacré à la diaspora protestante en Hollande, Suisse, Russie et Scandinavie. L’auteur étudie les conséquences tant pour la France que pour les pays d’accueil de la révocation sur les plans culturel, politique, social, économique, industriel et militaire.

On y retrouve les philosophes du Refuge, Jurieu et Bayle, exilés en Hollande, les protestants dauphinois et cévenols qui renforcèrent le commerce et la finance suisse, et même quelques huguenots d’Afrique du Sud qui au milieu du XIXème siècle ne savaient pas encore que le culte protestant avait été de nouveau autorisé en France.

Pour les amateurs de généalogie, un index des noms cités (près de 400 patronymes) permet de faciliter la recherche d’ancêtres exilés.

Un ouvrage clé sur une période importante et mal connue de notre histoire.

Illustration de couverture : « La fuite des Huguenots », par Jan Luyken

Prix recommandé : 28 €


Achetez -Les Réfugiés Huguenots Tome 2- sur Lulu.com.

Je ne changerai pas

, par Samuel de Pechels

peschelmemoirescouv.jpgLe 26 Août 1685 (soit 2 mois avant la Révocation officielle de l’Édit de Nantes), les dragons de Louis XIV pillent la maison de Samuel de Pechels, bourgeois protestant de Montauban et s’y installent en toute liberté. Quelques jours plus tard, s’y ajoutent des fusiliers « missionnaires » qui chassent Samuel de Pechels, sa femme sur le point d’accoucher et ses 4 jeunes enfants. Séparé de sa famille, enfermé dans la Tour de Constance puis déporté aux Antilles, jamais il n’accepte de renier sa foi et changer de religion. Son seul commentaire sur ces traitements inhumains : « Heureux ceux qui souffrent pour la justice, car le royaume des cieux est à eux».

Des centaines de milliers de huguenots français souffrirent les mêmes persécutions que Samuel de Pechels, mais bien peu en gardèrent une trace écrite. Comme beaucoup d’autres, ce participant involontaire à un événement déterminant de l’histoire et de la mémoire collective des protestants de France survivra et ira enrichir le Refuge de ses compétences et son travail. Samuel de Pechels perdit plusieurs enfants dans ses tribulations, mais sa famille a fait souche en Angleterre.

Ce document exceptionnel écrit par un témoin vivant des exactions commises contre les huguenots est aussi un message d’espoir et une leçon de foi. Dans les souffrances personnelles et familiales les plus intenses causées par l’intolérance bornée, Samuel de Pechels garde confiance en l’Évangile.

Prix recommandé : 14 €


Achetez -Je ne changerai pas - en ligne sur Lulu.com.