Archives pour l'étiquette Réveil

Facettes du méthodisme

On ne connait plus guère les méthodistes français, protestants évangéliques d’origine britannique et wesleyenne. Ils sont restés cent vingt ans dans notre pays avant de se fondre majoritairement dans l’Église réformée de France reconstituée en 1938. Pourtant ces méthodistes ont « réveillé » le protestantisme français très amoindri au début du XIXe siècle. La Société d’Étude du Méthodisme Français a pris le parti de raviver la mémoire de ce méthodisme et de ses survivances. Pour ce faire, elle organise chaque année une journée d’étude avec plusieurs partenaires de la recherche associative et académique. Cet ouvrage regroupe les communications de deux années. Au fil des pages, le lecteur parcourra les deux siècles qui précèdent le nôtre, en Bretagne, Normandie, Alsace, Sud-Ouest et en compagnie d’Alfred Zimmermann, Matthieu Lelièvre, André Roux et d’autres pasteurs encore, attachants et représentatifs d’une minorité religieuse influente dans notre pays.

Jean-Louis Prunier est pasteur de l’Église protestante unie de France, doctorant en histoire contemporaine à l’Institut Protestant de Théologie – Faculté de Montpellier, président de la Société d’Étude du Méthodisme Français.

Jean-François Zorn est professeur émérite d’histoire du christianisme à l’époque contemporaine de l’Institut Protestant de Théologie – Faculté de Montpellier, vice-président de la Société d’Étude du Méthodisme Français.

Achetez en ligne -Facettes du méthodisme-

Théologie et Lumières, Jonathan Edwards

par Roy Carpenter

Carpenter EdwardsParadoxalement ignoré du grand public, Jonathan Edwards a créé les solides fondements théologiques qui animent aujourd’hui une grande partie des nombreux mouvements dits « évangéliques ». En équilibre entre l’héritage intellectuel des Lumières et une pratique religieuse revivaliste, il fonde les bases d’une théologie moderne qui dénonce l’égoïsme et la quête individuelle du confort et de la richesse.

N’hésitant pas à mettre en cause l’autorité, même quand elle lui est favorable, Edwards privilégie la justice et l’expérience du peuple, des Noirs, des femmes, des Indiens, des enfants.

Comme sa théologie, l’héritage d’Edwards est en tension ; considéré aujourd’hui comme le plus grand théologien américain, sans doute le plus important du monde occidental au XVIIIème siècle: dans les universités d’élite, on admire la Lumière et le philosophe, tandis que le prédicateur de l’enfer vit toujours dans l’esprit des orateurs populistes des Églises évangéliques modernes.

Roy Carpenter est docteur en cultures et civilisations des pays anglophones et professeur agrégé à la Faculté de Droit de l’Université Jean Moulin Lyon 3.

Le préfacier, Louis Schweitzer est professeur d’éthique et de spiritualité à la Faculté Libre de Théologie Evangélique de Vaux-sur-Seine.

Prix public 29€

Achetez en ligne -Théologie et Lumières-

Ruben et Jeanne Saillens évangélistes, par Marguerite Wargenau-Saillens

Ruben Saillens couv1Le plus connu des évangélistes français au tournant des XIXe et XXe siècles reste une figure prophétique pour le XXIe. Après de brèves études bibliques à Londres, il fit ses premières armes dans l’évangélisation en milieu populaire aux côtés de Robert W. MacAll. Fondateur d’une Église baptiste à Paris, secondé par sa femme Jeanne, il eut une intense activité d’évangélisation dans toute la France et fit des voyages réguliers dans les pays anglo-saxons (Grande-Bretagne, États-Unis). Pionnier en francophonie des « conventions chrétiennes » qui attiraient des milliers de fidèles, il créa en 1921 l’Institut Biblique de Nogent-sur-Marne dont il fut le premier directeur.

Ruben Saillens fit aussi de nombreuses incursions sur le terrain politique : favorable à la Commune dans sa jeunesse, il sera en 1885 hostile à l’intervention française à Madagascar, ce qui lui vaudra l’hostilité durable du parti colonial. Partisan déclaré du capitaine Dreyfus, son philosémitisme s’affirmera encore dans les années précédant la Seconde guerre mondiale.

Ce Cévenol infatigable manifestera aussi des dons littéraires hors du commun (il aura même l’honneur d’être plagié par Léon Tolstoï lui-même !). Il sera ainsi l’auteur de « la Cévenole », hymne fédérateur des descendants de Camisards, ainsi que de nombreux autres cantiques. Sa fille Madeleine (dont les Éditions Ampelos ont publié le Journal de la Grande Guerre)  sera la première française pasteure baptiste et plusieurs de ses petits-enfants s’illustreront dans diverses activités missionnaires et éducatives.

Prix public 22€

Achetez en ligne -Ruben Saillens-

Protestantisme et Socialisme

, par Tommy Fallot

Né en Alsace dans une famille aisée d’industriels Tommy Fallot fait ses études de théologie à Strasbourg où il rédigera sa thèse sur le thème : « les Pauvres et l’Évangile ». Pasteur dans un quartier populaire de Paris, il s’implique dans l’évangélisation et la lutte contre la prostitution et se rapproche du socialisme tout en en condamnant les dérives politiques. Avec d’autres pasteurs et laïcs protestants, il créé le mouvement du Christianisme social qui tentera d’apporter une réponse chrétienne aux questions sociales.

Dans ce recueil de textes écrits à partir de 1888, Fallot, déçu du socialisme politique français, revient aux valeurs communes du socialisme et du christianisme. En pleine mutation industrielle, il valide l’importance des questions sociales et économiques trop souvent oubliées par les églises, mais réaffirme les nécessaires préoccupations morales oubliées par les partis. Regrettant la dominance de l’individualisme, il appelle les chrétiens à se regrouper en « Associations »  « développant chez leurs membres l’intelligence et l’habitude des vertus sociales ».

Fervent partisan d’un socialisme pacifique et non sectaire, il appelle de ses vœux et de ses actions les protestants à s’engager, avec les principes de l’Évangile dans l’action sociale. « Le protestantisme français est appelé à fournir à notre peuple socialiste les hommes qui le délivreront des violents à la suite desquels il s’égare et l’aideront à réaliser progressivement son programme de liberté et d’égalité croissante par la fraternité. »

La préface de Stéphane Lavignotte, pasteur et animateur du Christianisme social et auteur de « La décroissance est-elle souhaitable », permet de replacer le message de Tommy Fallot dans son contexte historique et théologique et d’en mettre en valeur l’actualité.

Prix public : 15€

Achetez en ligne -Protestantisme et Socialisme -

Le Réveil dans la Drôme, par Samuel Vernier

vernierreveil.jpgDès le début du 19ème siècle, des mouvements de Réveil, souvent initiés par des missionnaires méthodistes, secouent la France. Ils prêchent avec passion la conversion personnelle et secouent l’apathie des protestants des villes et des campagnes françaises. Ils apportent au protestantisme français, exsangue après un siècle de Désert et de persécutions, un renouveau spirituel et doctrinal qui manque aux églises établies. Une intense activité d’évangélisation a lieu: impression de Bible à bas prix, création d’écoles protestantes, création de bibliothèques, oeuvres sociales, et « missions intérieures ».

Dans le Dauphiné, Felix Neff est le plus connu de ces missionnaires; dans la Drôme, Jean Frédéric Vernier a eu la même activité, parcourant inlassablement pendant 40 ans, villes, villages et campagnes, prêchant dans les maisons, en petites assemblées et formant d’autres missionnaires pour le seconder.

Cet ouvrage, écrit par son petit-fils, documente avec un enthousiasme partial les progrès du Réveil drômois. Ce mouvement qui laissera des traces durables a été peu étudié et ce livre permet de mieux comprendre un moment clé du protestantisme drômois.

Pour comprendre le succès des mouvements évangéliques d’aujourd’hui, il est intéressant de se replonger cent cinquante ans plus tôt et de retrouver les hommes et les idées qui ont su réveiller les âmes.

Prix recommandé : 12€


Achetez -Le Réveil dans la Drôme - en ligne sur Lulu.com.