Confession de foi de Calvin de 1537

Cette confession de foi fut rédigée par Calvin et Farel pour être collectivement confessée par les habitants de Genève. La réticence des habitants la confesser publiquement contribua au départ de Calvin  de Genève pour Strasbourg en 1538. En 1541 il reviendra à Genève où il établira une république théocratique.

CONFESSION DE LA FOI, LAQUELLE TOUS
BOURGEOIS ET HABITANTS DE GENÈVE ET SUJETS
DU PAYS DOIVENT JURER DE GARDER ET TENIR,

Comme enfants naguère nés, désirez le lait raisonnable et qui est sans fraude.Soyez appareillés à répondre à chacun qui vous demande raison de l’espérance qui est en vous.Si quelqu’un parle, que ce soit les paroles de Dieu. (I Pierre 2. 3. 4). 

I. LA PAROLE DE DIEU.

Premièrement nous protestons (déclarons) que pour la règle de notre foi et religion nous voulons suivre la seule Ecriture, sans y mêler aucune chose qui ait été controuvée (inventée) du sens des hommes sans la Parole de Dieu : et ne prétendons pour notre gouvernement spirituel recevoir autre doctrine que celle qui nous est enseignée par icelle Parole, sans y ajouter ni diminuer, ainsi que notre Seigneur le commande.

II. UN SEUL DIEU.

Suivant donc l’institution qui est contenue aux saintes Ecritures, nous reconnaissons qu’il y a un seul Dieu,, lequel nous devons adorer et auquel nous devons servir, auquel nous devons mettre toute notre fiance (confiance) et espérance : ayant cette assurance qu’en lui seul est contenue toute sapience (sagesse), puissance, justice, bonté et miséricorde. Et comme il est Esprit, qu’il le faut servir en esprit et en vérité. Et pourtant reputons (estimons que c’est) une abomination de mettre notre fiance ni espérance en créature aucune, d’adorer autre que lui, soit anges ou autres créatures quelconques, et de reconnaître autre Seigneur de nos âmes que lui seul, soit saints ou saintes, ou hommes vivants sur la terre: pareillement de constituer le service qui lui doit être rendu en cérémonies extérieures et observations charnelles, comme s’il se délectait en telles choses, de faire image pour représenter sa divinité ni aussi autre image pour adorer.

III. LOI DE DIEU, SEULE POUR TOUTES.

Pourtant qu’il est le seul Seigneur et maître qui a la domination sur nos consciences et aussi que sa volonté est la seule règle de toute justice, nous confessons que toute notre vie doit être réglée aux commandements de sa sainte loi, en laquelle est contenue toute perfection de justice, et que ne devons avoir autre règle de bien vivre et justement, ni inventer autres bonnes oeuvres pour complaire à lui que celles qui y sont contenues, ainsi qu’il s’ensuit : Exode XX.

je suis le Seigneur ton Dieu qui t’ai tiré hors de la terre d’Egypte, de la maison de servitude. Tu n’auras point d’autres dieux devant moi. Tu ne te feras aucune image ni semblance des choses qui sont au ciel là-sus, ni en la terre çà-bas, ni ès eaux dessous la terre ; tu ne leur feras inclination et ne leur serviras, car je suis le Seigneur ton Dieu, fort, jaloux, visitant l’iniquité des pères sur les enfants en la troisième et quatrième génération de ceux qui me haïssent, et faisant miséricorde en mille générations à ceux qui m’aiment et gardent mes commandements. Tu ne prendras point le nom du Seigneur ton Dieu en vain, car Dieu ne tiendra point pour innocent celui qui prendra son nom en vain. Aie souvenance du jour du repos pour le sanctifier : six jours tu travailleras et feras toute ton oeuvre ; le septième c’est le repos du Seigneur ton Dieu, tu ne feras aucune oeuvre, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta chambrière, ni ton bétail, ni l’étranger qui est dedans tes portes : car en six jours Dieu a fait le ciel et la terre, la mer et tout ce qui est en iceux et s’est reposé au septième jour : pourtant il a béni le jour du repos et l’a sanctifié. Honore ton père et ta mère, afin que tes jours soient prolongés sur la terre laquelle le Seigneur ton Dieu te donnera. Tu ne tueras point. Tu ne paillarderas point. Tu ne déroberas point. Tu ne diras point faux témoignage contre ton prochain. Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain et ne désireras point sa femme, ni son serviteur, ni sa chambrière, ni son boeuf, ni son âne, ni autre chose qui soit à lui.