Archives par mot-clé : huguenot

Je ne changerai pas

, par Samuel de Pechels

Le 26 Août 1685 (soit 2 mois avant la Révocation officielle de l’Édit de Nantes), les dragons de Louis XIV pillent la maison de Samuel de Pechels, bourgeois protestant de Montauban et s’y installent en toute liberté. Quelques jours plus tard, s’y ajoutent des fusiliers « missionnaires » qui chassent Samuel de Pechels, sa femme sur le point d’accoucher et ses 4 jeunes enfants. Séparé de sa famille, enfermé dans la Tour de Constance puis déporté aux Antilles, jamais il n’accepte de renier sa foi et changer de religion. Son seul commentaire sur ces traitements inhumains : « Heureux ceux qui souffrent pour la justice, car le royaume des cieux est à eux».

Des centaines de milliers de huguenots français souffrirent les mêmes persécutions que Samuel de Pechels, mais bien peu en gardèrent une trace écrite. Comme beaucoup d’autres, ce participant involontaire à un événement déterminant de l’histoire et de la mémoire collective des protestants de France survivra et ira enrichir le Refuge de ses compétences et son travail. Samuel de Pechels perdit plusieurs enfants dans ses tribulations, mais sa famille a fait souche en Angleterre.

Ce document exceptionnel écrit par un témoin vivant des exactions commises contre les huguenots est aussi un message d’espoir et une leçon de foi. Dans les souffrances personnelles et familiales les plus intenses causées par l’intolérance bornée, Samuel de Pechels garde confiance en l’Évangile.

Prix recommandé : 14 €


Achetez -Je ne changerai pas - en ligne sur Lulu.com.

Les Vaudois du Dauphiné,

par Eugène Arnaud

Au 12ème siècle, à Lyon, un jeune et riche marchand, Pierre Valdo, suit les conseils de Jésus et donne tous ses biens pour partir prêcher l’Evangile. Vite rejoint par de nombreux disciples, sa prédication de pauvreté l’amène en conflit avec le clergé. L’excommunication de Pierre Valdo en 1182 marque le début des bûchers et des persécutions.

Eugène Arnaud retrace l’arrivée des Vaudois dans la Drôme, l’Isère et les Hautes-Alpes, leurs contacts avec les autres groupes «hérétiques » présents, et leur implantation durable parmi une population tolérante qui avait déjà accueilli des Cathares. Il décrit par le détail la doctrine et les pratiques des Vaudois du Dauphiné et cite les registres de l’Inquisition qui font revivre avec une terrifiante précision les procès de l’Eglise. L’ouvrage conclut par le récit de l’adhésion des Vaudois à la Réforme au 16ème siècle et cite largement l’émouvante correspondance des Vaudois avec les théologiens de la Réforme naissante.

Cet ouvrage de référence introuvable a été complété d’une abondante bibliographie et d’un index des noms de famille cités pour aider les généalogistes. Les nombreuses notes de bas de page (plus de 400) permettront aussi au lecteur curieux de compléter sa recherche.

Prix recommandé : 22 €


Achetez -Les Vaudois du Dauphiné - en ligne sur Lulu.com.

Je suis celui que vous cherchez, Jacques Roger, restaurateur du protestantisme dans la Drôme,

par Daniel Benoit

couvjrogerv2.jpg« Je suis celui que vous cherchez* » dit Jacques Roger aux soldats qui, suite à une trahison, virent l’arrêter le 29 avril 1745, dans la cabane qui lui servait de cachette prés de Die. Après plus de 36 ans d’errance et de fuite, de cachettes et d’assemblées, de baptêmes clandestins et de cultes familiaux, celui qui avait relevé le protestantisme drômois des cendres de la Révocation allait bientôt trouver la mort. Dans cette période trouble du Désert où les huguenots français hésitaient entre le millénarisme des « petits prophètes », la fuite au Refuge et la résistance armée, Jacques Roger et ses amis, Antoine Court et Pierre Corteiz, furent les pionniers de la reconstruction de l’Eglise réformée en France.

« Un ministre de l’Evangile, quand il dispute, doit se souvenir que l’Evangile est un esprit de douceur, d’humilité et de concorde ; que Jésus-Christ, qui doit être leur parfait modèle, a défendu la vérité avec son cœur, que son zèle pour la gloire de son Père a toujours été conduit par sa sagesse et par son amour et que les apôtres qu’il a envoyés, pour prêcher sa doctrine par tout le monde, et qui en ont changé la face par son assistance, abaissé l’orgueil des philosophes, détruit les idoles, érigé les trophées de la croix, ont eu le même esprit. »

Jeté, à 80 ans, dans les cachots de la Tour de Crest, Jacques Roger avait par avance demandé à ses amis de ne pas tenter d’action violente pour le délivrer. Il mourut pendu à Grenoble, mais son œuvre de rétablissement de la foi protestante dans les vallées de la Drôme et du Dauphiné perdurera et s’amplifiera.

Et 200 ans plus tard, après maints réveils et révoltes, les protestants drômois, héritiers spirituels de Jacques Roger illustreront encore l’esprit de l’Evangile en sauvant des centaines de réfugiés, Juifs, politiques et résistants de la barbarie nazie.

*Actes 10:21

Prix recommandé : 18€


Achetez -Je suis celui que vous cherchez - en ligne sur Lulu.com.

Histoire des Protestants de Crest,

par Eugène Arnaud

Protestants de CrestVoie de communication et chemin de refuge, la Vallée de la Drôme a, de tous temps, été hospitalière aux « hérétiques » persécutés. Après les Cathares et les Vaudois, la Réforme y a écrit une histoire de foi et de luttes. Au cœur de cette vallée, Crest a, depuis toujours, abrité une importante communauté protestante dont Eugène Arnaud nous décrit ici l’histoire.

Spécialiste incontesté de l’histoire du protestantisme dauphinois, Eugène Arnaud est né à Crest où son père était pasteur. On sent dans son ouvrage cet attachement particulier à sa ville, et son souci de bien conter dans le détail l’histoire des huguenots crestois, dont certains comme Isaac Casaubon devinrent célèbres en France et en Europe.

Mais Crest est aussi tristement célèbre pour son donjon, la fameuse « Tour de Crest » où, à de multiples reprises des protestants crestois et drômois furent enfermés. Parmi les plus connus figurent Isabeau Vincent, la bergère de Saoû, qui lança le mouvement des « petits prophètes » qui enflamma les Cévennes, et Jacques Roger, compagnon d’Antoine Court, et restaurateur du protestantisme dans la Drôme et le Dauphiné.

Eugène Arnaud arrête son histoire peu après la révolution, mais il ne manque pas d’évoquer la loi du 18 Germinal qui permit aux protestants de France d’organiser leur culte et de vivre librement leur foi. Trois siècles d’espoir, de foi, de luttes et parfois de persécutions pour arriver enfin à la liberté de culte pour les protestants drômois.

Pour faciliter le travail des généalogistes, nous avons ajouté à cet ouvrage, très documenté, un index des quelques trois cents patronymes cités avec leur référence dans l’ouvrage. Une bibliographie du Protestantisme Drômois a aussi été proposée pour permettre au lecteur intéressé d’approfondir ses connaissances.

Prix recommandé : 18€


Achetez -Histoire des Protestants de Crest - en ligne sur Lulu.com.