Théodore de bry, humanisme et exotisme

par Gregory Wallerick

Les récits d’explorateurs en Amériques se multiplient au XVIe siècle, rendant cette terre méconnue moins lointaine. Ce sont toutefois les images de ces contrées et des Amérindiens y habitant qui fascinent davantage encore.

Protestant, donc minoritaire, installé à Francfort, le graveur Théodore de Bry perfectionne ces représentations donnant ses lettres de noblesse au sauvage exotique pour plusieurs siècles. Pour construire ses illustrations de grande qualité, il s’appuie tant sur les récits qu’elles accompagnent que sur son propre vécu. À travers le choix des textes mis en images, il édifie un parallèle entre les violences menées par les Espagnols, catholiques, sur des peuples innocents, qu’il s’agisse des Indiens d’Amérique ou des protestants européens.

Gregory Wallerick est docteur en histoire moderne, spécialisé sur la représentation des peuples amérindiens et les relations entre les catholiques et les protestants au XVIe siècle, associé au laboratoire de Nantes (CRHIA). Il écrit et travaille sur les échanges entre l’Europe et le Nouveau Monde à la Renaissance.